INVERSION DES NEGATIFS COULEUR

On peut lire beaucoup de choses sur la Toile à propos de la manière de procéder pour inverser informatiquement une image provenant d’un négatif couleur photographique, donc contenant un masque orange, dont pas mal de bêtises et de procédures hyper-compliquées qui ne donnent pas de si bons résultats que ça. Il faut dire aussi que rien n’existe de tout fait au niveau des logiciels vidéo (ex. Final Cut Pro, Color, After Effects etc.) qui puisse réaliser cette opération simplement car traditionnellement, dans l’industrie, le télécinéma ou la numérisation est effectuée sur des machines qui pour lesquelles cette possibilité à été développée de manière intégrée, afin de livrer au « client » une image positive.

Cette page propose une méthode relativement simple à mettre en œuvre pour ceux qui ont fabriqué leur propre outil de numérisation et veulent passer le cap d’être capable de numériser le négatif couleur s8 ; 16mm ou 35mm puis d’inverser l’image correctement. La méthode peut permettre de se débrouiller « à la main » pour faire l’inversion dans un logiciel de montage et encore mieux, un plug-in développé spécialement à cet effet au standard ouvert OpenFX basé sur méthode est proposé en téléchargement. Ce plug-in peut-être utilisé avec un grand nombre de logiciels, dont DaVinci Resolve, ce qui permet de traiter très simplement des images négatives numérisées, tout en les étalonnant plus finement au passage si nécessaire. Il peut également être utilisé avec l’application Kaliscope du même auteur.


Télécharger ColorNegInvert
MacOSX 64bits (minimum 10.8)
Windows: [pas encore disponible]

Pour utiliser le plugin OFX, le faire glisser dans Bibliothèque/OFX/Plugins (/Library/OFX/Plugins). Une fois installé, il doit apparaître dans votre logiciel à l’endroit où sont affichés les plugins OFX.
Le code source de l’ensemble, développé par Eloi du Bois.




Utilisation du plug-in avec Da Vinci Resolve




On fait glisser le plug in sur un nœud qui est appliqué à une séquence en négatif.



Les trois curseurs « valeur du masque » permettent de régler la valeur RVB que l’on soustrait (voir l’explication ci-dessous). Mettre par exemple les trois curseurs à fond à droite pour commencer et les glisser ensuite un par un vers la gauche. Pour chaque voie, en allant vers la gauche, il y a une valeur où l’image n’est plus modifiée par le réglage : s’arrêter à cet endroit. Une fois les trois voies grossièrement réglées, affiner chacune par tâtonnement : on voit la bascule rouge / cyan , vert / magenta , bleu / jaune s’opérer.



Eventuellement, utiliser les trois curseurs de contraste en dessous pour améliorer le réglage.

Envoyez, c’est pesé !

Avec ça, adieu les gros chèques pour les télécinémas juste pour pouvoir faire le montage du film !




Une soustraction et une multiplication :
comment ça marche pour celles et ceux qui aiment les maths


Considérons un photogramme de masque négatif couleur numérisée, c’est-à-dire une photogramme qui ne contient aucune image.



Sa valeur en RVB va être quelque chose comme Rouge 240 ; Vert 140 ; Bleu 80 si on parle d’un codage sur 8 bits (standard en vidéo), soit 256 niveaux par voie, du noir qui vaut 0 au maximum de la couleur qui vaut 255.

En fait, cette valeur représente le maximum absolu atteint par chacune des trois voies R, V et B, c’est-à-dire que le blanc du négatif va s’en approcher, et que toutes les autres couleurs vont avoir des valeurs R V B plus faibles.


Par exemple, dans cette image :

le gris neutre est à R 180 ; V 85 ; B 50
le carré rouge est à R 220 ; V 95 ; B 40
le carré vert est à R 165 ; V 110 ; B 55
etc.

L’idée maîtresse du procédé est donc de commencer par faire une simple soustraction pour retirer « mathématiquement » le masque, c’est-à-dire ne conserver que l’écart entre la valeur RVB de chaque pixel et la valeur du masque car en fait l’image enregistrée photographiquement réside tout entière dans cet écart.

Pour celles et ceux qui veulent faire la manip, cela peut se faire dans Photoshop avec la commande « Appliquer une image » à partir d’une « source » qui est l’image qu’on veut traiter et d’une « cible » qui est une image du masque orange seul (du même négatif naturellement).




Surprise, cela « inverse » au passage l’image et on se retrouve avec une image positive. En effet, prenons la case qui était rouge sur le négatif :

Masque : R 240 ; V 140 ; B 80
- Rouge :  R 220 ; V 95 ; B 40
--------------------------------------
= Cyan :  R 20 ; V 45 ; B 40

Nous voilà débarrassés du masque orange. Finalement, ce n’était pas si compliqué que ça ! Mais nous ne sommes pas encore au bout du chemin.

En revanche, on constate pas mal d’artefacts dûs au fait que les capteurs de caméra et d’appareils photo numériques sont très imparfaits quand à l’enregistrement des détails de colorimétrie de chaque pixel car ce sont des matrices de Bayer. Cela ne sent pas trop sur une image qu’on filme directement, mais ces imperfections font que les calculs sur l’image peuvent être problématiques. Heureusement, dans notre cas, il y a une solution toute simple pour éviter d’ajouter du défaut : c’est de soustraire non pas une véritable image numérisée du masque orange mais une couleur unie, donc une image qui a la même valeur RVB pour chaque pixel. Cela se fait dans Photoshop par la commande « Nouveau calque de remplissage > Couleur unie » et l’on saisit les valeurs RVB souhaitées.



Il ne reste plus ensuite qu’à faire la soustraction au niveau des calques :



et on obtient une image beaucoup moins granuleuse (et encore il s’agit là d’un négatif 16mm particulièrement granuleux):



C’est mieux, mais il y a un second problème : l’image que l’on obtient est considérablement assombrie. En effet, la dynamique réelle du neg (ce qui reste une fois le masque soustrait) est relativement réduite, on est loin d’aller de 0 à 255 sur chaque canal.

Dans Photoshop, cela peut se corriger très simplement avec « Nouveau calque de réglage > Courbes » qui va permettre de remonter individuellement les trois couches (la bleue plus fortement puisque c’est la couche la plus « fine », celle qui sur le négatif de notre exemple ne montait qu’à une valeur de 80 environ). Il s’agit cette fois d’une simple multiplication des valeurs RVB par un facteur entre 2 et 3.



Ce qui donne facilement un résultat tout à fait correct :