« brûle la mer » à Marseille et « Les hommes debout » à La Courneuve

Nous vous donnons rendez-vous à Marseille au FID pour la projection de brûle la mer de Nathalie Nambot et Maki Berchache les 6 et 7 juillet et au cinéma L’Etoile à La Courneuve le 11 juillet pour la projection de Les hommes debout de Jérémy Gravayat, suivie d’une discussion.

brûle la mer
Super 8 et 16mm sur vidéo, 75 min., 2014
Nathalie Nambot & Maki Berchache

Au FID à Marseille dimanche 6 juillet à 12h et lundi 7 juillet à 16h45.

http://www.fidmarseille.org

« Brûle la mer se tient au croisement paradoxal entre l’énergie vive d’une révolution en cours, l’élan d’un départ vers l’Europe, et la violence d’un accueil refusé. Le film guette ce qui constitue la trame sensible d’une existence à un moment de rupture. Ce qu’il y a d’infime, de plus commun, loin de l’exotisme, mais hanté par le rêve, comme un appel. Il ne s’agit pas d’un film sur l’émigration ou la révolution, c’est un essai sur la liberté ou plutôt de liberté : une tentative d’évasion réelle et fictive auquel la fabrication d’un film participe, prenant part de ce processus d’émancipation : brûle la mer, les frontières, les lois, les papiers… Qu’est-ce que rompre avec sa vie passée, quitter son pays, sa famille où prévalent encore vaille que vaille des liens très forts de solidarité, d’entraide et un attachement ancestral à la terre, pour rejoindre le monde mythifié et dominé par les rapports capitalistes. Qu’est-ce c’est : vivre sa vie ? » Ainsi s’expriment, tout à fait clairement les réalisateurs qui, loin des clichés sociologiques, ont d’abord choisi de faire entendre quelques voix. (JPR)

Vendredi 11 juillet à 20h30
Cinéma L’Etoile
1 allée du progrès
93120 La Courneuve
Entrée libre

Première rencontre dans le cadre de la résidence Atlas de Jérémy Gravayat.

Les Hommes Debout
Film de Jérémy Gravayat, 75 min, 2010

En 2009, le quartier ouvrier de Gerland, à Lyon, est en pleine “rénovation urbaine”. On y rase les zones industrielles et une partie de l’habitat ancien, pour y construire de nouveaux bureaux et logements. Au coeur de ce quartier, une grande fonderie à l’abandon. Le film raconte trois époques de ce lieu, à l’image d’une histoire bien plus vaste.

Le temps du travail et de la lutte, le temps de l’inactivité et des occupations illégales, puis celui de la démolition et du retour de nouveaux travailleurs, sur les chantiers actuels.

Parmi d’autres destinées qui retracent la mémoire de ces lieux, on y redécouvre la lutte des travailleurs immigrés de Penarroya, qui occupèrent leur usine en 1972, pour exiger, chose alors sans grand précédent en France, une reconsidération de leurs droits à égalité avec ceux accordés aux ouvriers français. Ils avaient à l’époque tourné un film pour faire connaitre leurs revendications, en compagnie du Groupe des “Cahiers de Mai”. Le film entremêle ces images d’hier a celles d’aujourd’hui pour invoquer, dans les décombres du quartier, ce que cette mobilisation collective interroge toujours au présent.

°

Jérémy Gravayat est accueilli en 2014 en résidence à La Courneuve, pour réaliser un nouveau film, intitulé Atlas. Durant cette première année de travail sur le territoire, il réalise des entretiens avec des habitants de La Courneuve, et rassemble des archives, pour retisser le fil d’une mémoire collective et composite, celle de trajectoires de vies liées à l’habitat précaire.

Fin 2014, pour annoncer le tournage du film, un ouvrage sera réalisé et distribué à La Courneuve, évoquant l’histoire des grands bidonvilles des années 60 et de ceux qui existent encore aujourd’hui en Seine-Saint-Denis, mais aussi celle des cités de transit, des aires d’accueil pour voyageurs et des foyers de travailleurs.

Ce premier rendez-vous sera suivi d’autres moments de projections, de débats et de rencontres, autour de ce projet en cours.

La résidence “Atlas” est accueillie par L’Abominable, laboratoire cinématographique partagé, installé dans les anciennes cantines municipales. Elle est soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis, et par l’unité Patrimoine et Arts Visuels de la municipalité de La Courneuve.

Dernière minute : des participants à la revue Z, revue itinérante d’enquête et de critique sociale, seront présents lors de la discussion qui suivra le film de Jérémy Gravayat et présenteront le dernier numéro Vénissieux, la rouge et la révolte où il est question notamment de la lutte des ouvriers de Penarroya : http://www.zite.fr.

 

 

28/12/2014