Ici et là, des films passés par L’Abominable… (1)

Un petit festival de lieux et dates où vous pourrez voir des films et performances passées par notre cinématographique sous-sol…

samedi 16 octobre 2010
Les Voûtes
19, rue des Frigos
75013 Paris M° BNF20h30 / 10 euros
(ouverture des portes à 20h00)


Le film de Pip Chodorov CHARLEMAGNE II PILTZER (2002, 16mm, 22 min) sera projeté au cours du concert :



---- PAUL METZGER (US, live set)
--- CORRIDORS (US, live set)
-- STEFANO PILIA (IT, live set)
- PIP CHODOROV (US, 16mm film projection)


lundi 22 octobre à 19h
Ateliers de Création Vidéo / ENSCI
salle Charlotte Perriand - 5e étage
ENSCI/les ateliers - 48, rue Saint Sabin Paris 10ème
M° Bréguet-Sabin

vendredi 22 octobre à 21h
Main d’oeuvres / Festival VisionSonic
Main d’Oeuvres - 1, rue Charles Garnier à Saint Ouen
M° ligne 4 Pte de Clignancourt, ligne 3 Garibaldi, Bus 85

DE UN VASTISIMO MAR



film-performance 16mm, n&b/couleur - son
yoana urruzola – stefano canapa – josefina rodriguez – julien tarride

De un vastísimo mar est une histoire de restes – des traces et témoignages de temps et d’expériences, comme autant d’éléments qui retracent une enquête fictive.
Il est question d’exils et de l’exil comme rapport. D’un éloignement, forcé ou choisi, à la possibilité du retour, l’axe de ce rapport est modifié; le déplacement devient sa mise en acte, la clandestinité un de ses paradigmes.

Cet exil est une certaine manière d’occuper l’espace, une certaine manière de mentir comme de chercher une verité.

A partir d’un matériau documentaire, d’archives, et d’extraits d’un journal filmé, le film se construit dans le temps d’une performance. Le dispositif est composé par 4 projecteurs 16mm et un système de diffusion sonore. Chaque élément est diffusé et interpreté en direct.

Il ne s’agit pas de poser un discours mais de mettre en évidence la construction d’un récit, autant que ses doutes, la complexité à lui trouver une structure voire même la possibilité de son échec. Son objet est aussi ce qui manque, un trou, une perte - le lieu qui n’a pas de nom.


dimanche 31 octobre à 16h30
Les Ecrans Documentaires
Espace Jean Vilar
1, rue Paul Signac à Arcueil
RER B Arcueil-Cachan


AMI, ENTENDS-TU



de Nathalie Nambot (Chaya Films, 2010, 35mm, 54 min)

De la mer gelée à Kronstadt vers Moscou la ville.
Entre bruit urbain et lisière se frayer étrangère un passage.
Passage fait d’abrupts mots, d’oiseaux, de glace et d’amitié.
Suivre le chemin de possibles Cassandre à travers le printemps et l’hiver mutique :
tu verras les images, tu les diras mais personne ne te croira.
Il fallait, une fois encore, tenter d’en finir avec la malédiction.
Que tous ceux qui se lèvent dans la lente germination du temps,
dans le silence aveugle ou la colère d’un jour déchiré,
soient enfin entendus.

On m’a ôté la mer et l’élan et l’envol
Mon pied repose sur une terre féroce
Le résultat de ce calcul brillant ?
Vous n’avez pu prendre ces lèvres qui remuent
Ossip Mandelstam


lundi 1er novembre à 19h
Les Ecrans Documentaires
Espace Jean Vilar
1, rue Paul Signac à Arcueil
RER B Arcueil-Cachan


FLEURS NOIRES



de Baptiste Bessette (Zeugma, 2010, vidéo, s8 et 16mm en vidéo, couleur, sonore, 34 min)

La mémoire de la bombe atomique et de ses terribles effets constitue l’identité de la ville de Hiroshima, reconstruite autour du Parc du Mémorial de la Paix. Mais l’herbe a repoussé et le temps a effacé les traces de la désolation atomique. Le long de la rivière, les arbres du jardin Shukkeien traversé par l’écrivain Tamiki Hara le matin du 6 août 1945, semblent se dresser depuis toujours. J’ai filmé quelques fragments des multiples mémoires qui se sont déposées dans la ville.

_______________________________________________

 

 

10/10/2010