L’Abominable bientôt à Lyon et à Paris

Bonjour,

la 8ème édition des Inattendus, le festival de films (très) indépendants, se déroulera du 20 au 28 janvier à Lyon : une belle programmation où seront projetés trois films réalisés à L’Abominable, dans la section Territoires argentiques.



A Paris, ce sont les membres de Nominoë qui joueront leur dernière performance au Centre Pompidou dans le cadre du festival Hors Pistes : ça sera le 12 février à 15h.

Territoires Argentiques

Depuis plus d’un siècle, le monde, réel ou fantasmé, s’inscrit dans l’émulsion sensible de la pellicule, et s’offre à nous dans l’obscurité des salles de cinéma. Après quelques décennies, la vidéo, analogique puis numérique, s’est imposée à nos regards, et dans les mains de ceux qui fabriquent les films. Cette année portera particulièrement la marque du basculement de l’industrie cinématographique dans un monde numérique.
Non pas en nostalgiques, mais en forme de contrepoint bel et bien vivace, nous vous proposons de découvrir quelques films d’aujourd’hui, fabriqués par des artistes-artisans (et quelque part résistants) qui portent très haut la beauté nécessaire de la pellicule, et la spécificité des émotions qu’elle dévoile.

Ces recherches documentaires, réunies par leurs approches communes de territoires singuliers, naviguant à la surface du monde pour nous en faire partager les mouvements cachés, les espaces méconnus et les temporalités incertaines. Que ce soit au cœur du désert, au coin d’une rue, ou sur une île perdue, en Asie, en Afrique, ou en Europe, ces cinéastes inventent pour nous d’autres chemins, aux côtés de ceux qui résistent, en habitant le monde, chacun à leur façon.


LES CHAMPS BRULANTS de Catherine Libert et Stefano Canapa, 2010, 72 min, 16mm, diffusé en Betanum

Qu’est-ce que l’indépendance ? Au-delà des grandes heures du cinéma italien et de sa mort annoncée, il y a une autre histoire, celle d’un cinéma invisible et résistant, un cinéma qui renaîtra toujours, comme les herbes folles le long des chemins de traverse. Un voyage dans les ruines du Circo Massimo à Rome, dans ses banlieues oubliées, en passant par les décombres de Pozzuoli, en compagnie de ceux qui pratiquent un cinéma empreint de liberté.



lundi 23 janvier à 19h
L’Elysée
14 rue Basse-Combalot
Lyon 7ème


----------------------------


LE GRANIER de Olivier Fouchard, 2007, 15 min, 35mm

« Dans Le Granier, la terre vit, souffre et est chargée d’histoire. La caméra, fixe, montre une montagne éprouvée qui semble contenir un secret sacré. Ces paysages telluriques transfigurés par des manipulations sur l’image (animation, virage, teintage, etc.) d’une grande plasticité, racontent l’histoire de cette montagne peuplée d’incantations, et son appartenance à cette nature sauvage. » (EL)



AMI, ENTENDS-TU de Nathalie Nambot, 2010, 56 min, super 8 et 16mm diffusé en 35mm

« Et dans la terre après l’asphyxie résonne la voix, arme ultime. » (Ossip Mandelstam)
Tourné en Russie dans la ville de Moscou et vers l’île de Kronstadt, c’est un film sur le retour et le recommencement, sur la persistance de la vision, d’où remontent des fantômes. Fantômes de l’histoire qui continuent de hanter le présent. Trois figures, trois voix vont se manifester. Ces voix, à travers poèmes ou récits documentaires disent une histoire commune d’amour et d’amitié en prise avec l’époque 1938 et sa violence, dont l’un des protagonistes le poète Ossip Mandelstam finira dans le camp de la Kolyma. Il s’agit dans ce film sans commentaire, d’arpenter en étranger une terre, des lieux où l’on retourne, jusqu’à lever le voile du temps présent : l’abrupte actualité.



samedi 28 janvier à 11h (même séance pour les deux films)
Comoedia
13, avenue Berthelot
Lyon 7ème


--------------------------------------------------------------------------



NOMINOË, performance sonore et visuelle avec projection 16mm
Avec Nicolas Berthelot, Alexis Constantin, Stéphane Courcy di Rosa, Emmanuel Lefrant, Mathieu Touren

« Ils sont la première image sur le mur de nos premiers rêves. Un jour, les animaux, prisonniers, humiliés, domestiqués par l’Homme, s’en iront loin de nous pour vivre comme au tout premier temps du monde : la Fête Sauvage ».
Nominoë est une formation d’artistes rassemblés autour d’un projet de pratiques cinématographiques élargies, et se compose de trois cinéastes (Nicolas Berthelot, Alexis Constantin, Emmanuel Lefrant) et d’un musicien (Stéphane Courcy di Rosa).



dimanche 12 février à 15h
Centre Pompidou
Paris

 

 

18/01/2012