L’Abominable à Saint-Etienne - Kinetica


Bonjour,

Nous sommes de retour du Gran Lux à Saint-Etienne où avait lieu le lancement du livre “Kinetica, lieux d’expérimentations cinématographiques” paru aux Editions La Passe du vent, dans lequel L’Abominable apparaît.

Cet ouvrage parcourt plus de trente lieux en Europe dévolus, par la détermination de quelques uns, à la création sur support film, que ce soit des laboratoires cinématographiques d’artistes ou bien des salles de cinéma hors-commerce installées dans toutes sortes de locaux récupérés à cet effet.

C’est la richesse de tout un réseau, informel et vivant, qui apparaît au grand jour. Un ministre de la Culture en exercice y fait même l’éloge du squat ; c’est dire.

Le livre est disponible chez vos meilleurs libraires ou bien directement auprès de l’éditeur :
http://lapasseduvent.com/Kinetica.html#livre518

Sa lecture peut-être prolongée par l’exploration électronique des sites http://www.kino-climates.org et http://www.filmlabs.org



LOCOMOTION

Ce livre est un voyage. Repérer des étapes, organiser nos déplacements avec plus ou moins de logique : il fallait agir vite.
Si le vent de la précipitation nous a fait commettre des impairs, des oublis, de recadrages sauvages, qu’ils nous soient pardonnés.
Chacune de nos visites-éclair prit la forme d’une collecte. Photographier en rafales, faire connaissance illico, poser l’enregistreur-son sur la table, embarquer des documents, dormir ou pas chez l’habitant etc. : c’est avec cette matière que sont fabriquées ces pages.

La mission : faire le portrait de lieux habités par des acteurs du cinématographe. Trouver des architectures qui n’ont rien, ou plus rien, à voir avec le cinéma mais où prospère justement cet art jeune.
Partageant nous-mêmes cette expérience, ce fut l’occasion de pouvoir parler boutique. Comment fonctionnes-tu ? Ce bâti, cet outil, comment l’avez-vous conçu ? Vos envies folles ? (Secrets de fabrications), mots, parole(s), codes, noms, marques, légendes, déroutes, cuisine… autant d’informations qui ouvrent sur un nouvel horizon. 

Traverser ces dédales d’installations cinématographiques, de réappropriations équilibristes, c’est trouver la vitalité d’un art qu’une industrie ne sait plus ni fabriquer, ni diffuser. Si on ne se laisse pas tourner la tête par les chiffres, si on refuse la dépendance technologique, on découvre alors que le cinéma est une pratique libre et accessible. Comme celle d’un peintre.
Fabriquer un film, élaborer une programmation, tendre un écran, projeter des oeuvres originales est un sacerdoce, une recherche passionnée toujours en mouvement (une pensée), un travail. Il a très peu à voir avec les canons, les labels, les habitudes mornes, les révolutions techniques si pratiques qui ne visent qu’une chose : l’uniformisation et son corollaire, le contrôle.

Ce guide, c’est l’arbre qui cache la forêt. Il permet d’entrevoir un vaste rhizome qui depuis des années se développe, s’organise (en parallèle). Passeurs, spectateurs, artisans, artistes, cinéastes, collectionneurs se réunissent à l’abri de murs anciens où les mécanismes de perception du cinématographe sont envisagés comme une expérience vivante qui n’a, à ce jour, livré que quelques-uns de ses secrets.
Cette communauté d’esprit n’est pas à la marge. Elle ne voue pas un culte à de vieilles lunes. Elle n’exploite rien. Surface sensible à la lumière, elle folâtre, toujours sur la piste de nouvelles investigations.

Nous remercions ici toutes les personnes qui ont permis à cet ouvrage d’exister. Leurs noms sont imprimés quelque part ici.

Le Gran Lux



PS : Nous avions à coeur de commencer ce périple par un détour mental jusqu’à la Factory d’Andrew Warhola.
Díky Andy.
*********************


----------------------------------


Hello

We’re just back from Gran Lux in Saint-Etienne where was launched “Kinetica, lieux d’expérimentations cinématographiques”, a book published by Editions La Passe du Vent in which L’Abominable appears.

This book describes more than 30 spaces in Europe devoted, through the determination of small groups of people, to creation on celluloid, whether it is artist film labs or off-market cinemas set up in all kind of different types of buildings.

The richness of all this informal and lively network comes to day. Even the current French Minister of Culture gets carried away and supports squatting.

The book is in French and English and can be bought directly off the editor :
http://lapasseduvent.com/Kinetica.html#livre518

Its reading can be prolongated by the electronic exploration of the http://www.kino-climates.org and http://www.filmlabs.org websites.



LOCOMOTION

This book tells of a journey, with stages planned, and travel organised in more or less logical fashion. We had to move fast.
We hope to be forgiven for the errors and omissions we may have made in our haste.
Each of our lightning visits became part of a kind of field study. Photographs taken in rapid succession, acquaintance quickly made with our hosts, sound recorder popped onto the table, documentation collected, night spent in the spare room - or not. This is the stuff of these pages.

Our mission: to paint the portraits of places occupied by protagonists of cinema. To locate architectures that have nothing, or no longer have anything, to do with cinema, yet are places where this young art thrives.
As we ourselves have experience in this area, it was an opportunity to talk shop. How do you manage? How did you conceive this building, that tool? What do your wildest dreams look like? (Trade secrets), words, passwords, codes, names, brands, legends, misfortunes, tricks of the trade…: each new piece of information opens onto new horizons.

Travelling through this labyrinth of cinematographic installations and precarious re-appropriation is to encounter the vitality of an art which industry is no longer capable of making or showing. It is also the discovery of how, as long as you refuse tobe distracted by facts and figures and avoid technological dependence, cinema can be freely and easily practised. Just like painting.
Making films, making programmes, setting up a screen, screening original works: it all has to do with a sense of vocation, a passionate quest, a pursuit in perpetual motion, (a way of thinking), a job. In rejection of standards, labels, lifeless repetition, of all that “practical” technical progress, all aimed at only one thing: standardisation and its corollary, social control.

This guide is a tree that hides the forest. It gives a glimpse of a huge rhizome which has (unofficially) been developing and organising itself for years. Purveyors of fine films, spectators, artisans, artists, collectors, film-makers, congregate in the shelter of ancient walls within which the mechanisms at work in film perception - which up until now have revealed but a few of their secrets - are a source of living experience.
These people do not form some marginalised community of the spirit, in mindless adoration of an outmoded past. Neither are they exploitative. Rather a vibrant light-sensitive surface, always eager to engage in new investigations.

We would like to thank all those who made this book possible, whose names are quoted somewhere here.

Le Gran Lux



PS : Let us commence our trip with a mental detour to Andrew Warhola’s Factory.
Díky Andy.
*********************

 

 

27/10/2011