Les soviets plus l’électricité Ciné 104

Les soviets plus l’électricité
un cinévoyage au pays qui n’existe plus

superautoproduction en Sviemacolor de Nicolas Rey
trois heures de transports en commun - 16 mm - 2001


Projection le jeudi 11 mai à 20h en soutien à la
Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France

au Ciné 104 - 104, av. Jean Lolive à Pantin - M° Eglise de Pantin


Une traversée de la Russie en diagonale jusqu’à une ville qui dans l’univers soviétique, était synonyme de déportation: Magadan.

A partir de fragments d’un journal sonore, de prises de vues documentaires et de quelques éléments de son autobiographie distillés en cours de route, le cinévoyageur tente d’aller à la rencontre d’origines fantasmées, aux résonances historiques et politiques.

Parcourir la Russie comme on fait le tour d’une maison qui n’est pas la sienne.

« C’est le deuxième jour qui est pénible. Dans le train, c’était pareil, le deuxième jour je trépignais d’impatience. Ensuite, à partir du troisième, ça va mieux. On s’habitue à la lenteur, à la monotonie du paysage, à la vie faite de courts cycles sommeil-nourriture-distraction totalement sans rapport avec les horaires habituels d’une journée. »

Des publicités pour le linoleum comme s’il s’agissait d’une pierre précieuse, et des villes entières - construites sur des mines d’or - finalement abandonnées.

Il n’y a pas de chaos russe. Simplement l’«Europe» qui s’étend désormais jusqu’au Pacifique, et non plus jusqu’aux fantomatiques Monts Oural.

 

 

14/04/2006