Outils pour utilisateurs

Outils du site


fr:protocol_ashes_plants_june2021

Ceci est une ancienne révision du document !


Cette page décrit les essais réalisés aux Aubanneaux (Chapelle-en-Vercors, France) en juin 2021 pour fabriquer un révélateur à base d'ortie et de cendre, et basé sur des premières recherches menées par les mêmes personnes l'année précédente.

Ingrédients

Orties fraiches

Cendre ( réctifie le PH )

Eau

Matériel et outils

Grandes marmites ou casseroles, éviter de préférence celles en aluminium.

filtres

petits récipients

balance

tamis pour la cendre

thermomètre

bandes test de PH (utile mais non indispensable)

couteaux, hachoirs, planches à découper

spires et cuves

Choix des plantes

Nous avons choisi de travailler avec les orties car elles poussent facilement et qu'il est possible d'en récolter partout et beaucoup, mais aussi parce qu'elles sont très présentes en cette saison. Il s'agit de récolter, de préférence le matin (en effet, nous pensons que les parties aériennes de la plantes sont plus chargées en sève après la nuit et avant les fortes chaleurs de la mi-journée), des orties en quantité, et de choisir des plantes saines et vigoureuses. Une récolte avant la floraison, en mai ou en juin semble idéale.

Choix des méthodes de préparation

Pour toutes les préparations, les orties fraiches (moins de 24h) sont finement coupées, les tiges sont conservées, tout comme les feuilles. Les orties sont hachées menues pour deux raison : la première est que pour la quantité d'eau désirée, il est nécessaire de couper les plantes afin qu'elles soient entierement immergées, la seconde est que nous pensons que les plantes libèrent bien mieux leurs qualités lorsqu'elles sont broyées ou hachées.

La cendre (lors de cette expérience nous avons utilisé de la cendre de hêtre) doit être tamisée.

Décoctions

Eau et orties fraiches en proportion chauffées un temps donné, ensemble dans un même récipient.

Infusions

Eau portée à ébullition, versée sur les orties fraiches.

Chauffe soleil

Basé sur les infusions solaires, eau et orties fraiches dans un même récipient, oubliées au soleil.

Décoctions

Nous avons effectué plusieurs tests de décoction, chaque fois en changeant un des paramètre.

Nos supports sont de la pellicule ST8 et de la pellicule PF2.

Pour toutes les décoctions, nous avons 1kl d'orties fraiches pour 3 litres d'eau, qui sont portée à frémissement pendant 30 minutes.

Après le refroidissement du bain, il s'agit de filtrer la décoction, en la passant dans une étamine (ici nous utilisons des sacs pour sécher le jambon), puis de la séparer en deux. On obtient alors, environ 1,25 L, une partie s'étant soit évaporée soit concentrée dans les orties filtrées.

Ensuite, nous incorporons la cendre préalablement tamisée dans les deux récipients contenant donc chacun 1,25 L. Dans le premier, nous avons versé 1/10 de cendre, soit environ 100 grammes. Dans le second, nous avons versé 1/20, soit environ 50 grammes. Après avoir bien mélangé la cendre et la solution d'orties, nous testons le pH. Celui-ci doit être basic, et est généralement compris entre 10 et 12 pour l'ensemble de nos tests. Nous laissons décanter environ 30 minutes la cendre dans la solution, puis reprenons le pH, celui s'élève légérement pendant cette demie-heure.

A cette étape, nous avons donc deux récipients, le premier constitué d'1,25 L de décoction d'orties mélangée à 1/10 de cendre, et dans le second, 1,25 L de décoction d'orties mélangée cette fois à 1/20 de cendre.

Chacune de ces deux décoction va être à nouveau divisée en deux. Nous prenons soin de noter sur les 4 nouveaux récipients, la composition, la température à laquelle nous allons faire monter la décoction et le pH de nos test.

La première décoction, à 1/10 de cendre va être divisée en deux petites décoction. Lors de cette division, il est important de verser les décoctions avec une louche et au travers d'un fltre, afin de ne pas remuer la cendre qui est descendue, et d'avoir un révélateur homogène. Le liquide obtenue est épais et d'une couleur vert jaune.

L'une des deux va être chauffée au bain marie afin qu'elle monte à 30°, la seconde restera à température ambiante (ici, 20° environ).

Nous avons réalisés plusieurs décoctions, et 8 tests par décoctions.

supportST 8PF 2
quantité cendre
1/10 de cendre par litre,

pH 12-13

1/20 de cendre par litre,

pH 11-12

1/10 de cendre par litre,

pH 12-13

1/20 de cendre par litre,

pH 11-12
durée / température(1) 20' - 20° (2) 10' - 30° (3) 20' - 20° (4) 10' - 30° (5) 20' - 20° (6) 10' - 30° (7) 20' - 20° (8) 10' - 30°

Décoction A

cuite 30 minutes

DA1

noir très dense (trop?)

bon piquet

beaucoup de détail.

DA2

densité moyenne

piquet moyen

teinte marron

DA3

fade

teinte

DA4

fade

teinte

DA5

apparition du voile

bon contraste

bonne densité

DA6

contraste moyen

voile

teinte

DA7

densité faible

contraste faible

teinte légère

DA8

densité correcte

contraste correct

teinte légère

Décoction B

cuite 2 heures

DB1

densité élevée

début de voile

DB2

teinte jaune très visible

peu contrasté

densité fable

DB3

bonne densité

bon contraste

DB4

teinte jaune très visible

densité faible

contraste moyen

DB5

teinte rose très visible

DB6

teinte très forte, solarisation

DB7

peu teinté

très bonne densité

DB8

bonne densité

Décoction C

cuite 5 heures

DC1

voile

mauvais contraste

DC2

teinte

DC3

densité élevée (trop ?)

bon piquet

DC4

teinte légère

peu contrastée

DC5

très teintée

très voilée

DC6

très teinté

ttrès voilé

DC7

peu teinté

densité correcte

contraste correcte

DC8

léger voile

légère teinte

contraste moyen

Décoction D

cuite 8 heures

DD1

voilée

teintée

DD2

très teintée

fade

DD3

densité correcte

léger voile

DD4

très teintée

DD5

très teintée

DD6

fade

très teintée

DD7

peu teintée

densité correcte

DD8

très voilée

très teintée

Conclusion : On remarque que l'apparition de la teinte est relative au temps de cuisson des décoctions, qu'elle se fait de plus en plus forte et colorée. Rouge, vert, jaune, doré, rose.

On notera aussi que la concentration en cendre vient en balance du temps de cuisson des décoctions. Plus la décoction cuit longtemps, plus la quantité de cendre peut être moindre et la température des bains de développement à température ambiante.

Généralement, on favorisera un bain long et à température ambiante dans le révélateur.

Infusions

Les infusions sont faites comme n'importe quelle infusion, une eau portée à frémir (70°env) est versée sur un épais lit d'orties fariches et découpées finement. Les infusions sont réalisées selon les proportions suivantes : 1kl d'orties fraiches pour 3 L d'eau bouillante. L'infusion est ensuite laissée au soleil, un certain temps, puis elle est filtrée au travers de l'étamine et séparée en deux, tout comme précedemment avec les décoctions.

Dans chacun des deux récipients qui contiennent à présent environ 1,25L, nous incorporons de la cendre dans les mêmes proportions que pour les décoctions. C'est à dire 10 environ pour l'une des deux infusion et 1/20 pour la seconde. Nous remuons longuement puis le pH est testé, comme pour les décoction, celui-ci s'élévera lors de la prochaine demie-heure, mais nettement moins que pour les décoctions.

support ST 8PF 2
concentration de cendre par litre 1/10 de cendre par litre,

pH 11
1/20 de cendre par litre,

pH 10
1/10 de cendre par litre,

pH 11
1/20 de cendre par litre,

pH 10
temps / température 20' - 20' 10' - 30° 20' - 20' 10' - 30°20' - 20'10' - 30°20' - 20'10' - 30°
Infusion A
TA1

voilée

teintée

peu contrastée

TA2

pas de contraste

levée de voile

TA3

image très faible

TA4

image très faible

voile

TA5

densité correcte, limite faible

TA6

contraste faible

TA7

image très peu visible

TA8

image très peu visible
concentration de cendre par litre
1/20 de cendre par litre

pH 10-11

1/40 de cendre par litre

pH 9-10

1/20 de cendre par litre

pH 10-11

1/40 de cendre par litre

pH 9-10
temps / température 20' - 20' 10' - 30° 20' - 20'10' - 30°20' - 20'10' - 30°20' - 20'10' - 30°
Infusion B
TB1

très faible

sans teinte

TB2

très faible

sans teinte

TB3

vide

TB4

vide

TB5

vide

TB6

très faible

teinte légère

TB7

faible densité

très faible image

TB8

très faible

Conclusion : Les images obtenues à partir d'orties infusées dans de l'eau chaude sont beaucoup mois denses et beaucoup plus fantomatiques que celles obtenues par décoction. Néanmoins, l'image est plus visible lorsque le temps passé dans le révélateur est plus long.

Les infusions très peu concentrées en cendre ( 1/40 de cendre par litre) ne donnent pas de bons résultats.

Chauffe - Soleil ou infusions solaires

Nos expérimentations nous ont amenés aussi à essayer la technique de l'infusion solaire. Cette méthode ne nous a pas apporté de bons résultats, il est surement possible d'obtenir des images bien plus denses avec les infusions solaires, mais plusieurs paramètres devraient être changés. A ce jour, voici le protocole que nous avons employés, ainsi que les résultats obtenus.

Nous avons, comme pour tous les autres protocoles, hachés finement les orties fraiches. Au mêmes proportions que pour les décoctions et les infusions, soit 1 kl d'orties fraiches pour 3 litres d'eau à température ambiante. Nous avons préparé l'infusion solaire dans un gros bocal de verre, placé au soleil pendant 15h.

Puis, toujours dans la même logique, nous avons versée cette infusion solaire dans deux bocaux distincts, avec la cendre dans les mêmes proportions. C'est à dire, une des infusion solaire avec 1/10 de cendre, et dans l'autre 1/20 de cendre. Chacune des deux infusions solaire est encore une fois séparée en deux, l'une sera chauffée à 30° tandis que l'autre sera laissée à température ambiante.

Paramètres non-testés

Nous avons utilisé un seul type de cendre (de hêtre).

Nous n'avons pas systématisé la manière de récolté l'ortie (ex: le matin avant que le soleil n'inonde le champ).

Nous n'avons pas testé d'autres plantes pour les comparer à l'ortie.

Voir aussi

fr/protocol_ashes_plants_june2021.1623752766.txt.gz · Dernière modification: 2021/06/15 12:26 de maxime